acromegalie-infos.fr

Site réalisé avec la gracieuse collaboration du Professeur Chanson, du Docteur Castinetti et du Professeur Raverot

Le diagnostic

Dosage d’hormones dans le sang

helices ADN hormones de croissanceSi vous présentez un ou plusieurs symptômes pouvant laisser suspecter une acromégalie, votre médecin vous prescrira un dosage de l’hormone de croissance (aussi appelée GH pour Growth Hormone, ou hormone somatotrope) et un dosage de l’Insulin-like Growth Factor-1 (IGF-1). Ces dosages s’effectuent à partir d’une prise de sang.

L’hormone de croissance étant sécrétée de manière irrégulière (par pics discontinus), une concentration élevée de GH ne permet pas à elle seule de confirmer une acromégalie, c’est pourquoi elle est souvent corrélée avec un dosage de l’IGF1.

– Si la concentration de GH est inférieure à 0,4 µg/L (1,2 mUI/L) et celle de l’IGF-1 est normale, l’acromégalie est éliminée.

– Si la concentration de GH est supérieure à 0,4 µg/L (1,2 mUI/L) et/ou  celle de l’IGF-1 est augmentée: un autre test, le test de freinage au glucose doit être pratiqué.

Test de freinage au glucose

Le test de freinage au glucose est l’examen qui permet de confirmer le diagnostic. Normalement, l’augmentation du taux de sucre (glucose) dans le sang induit une baisse de la sécrétion d’hormone de croissance.

Ce test consiste à augmenter artificiellement le taux de glucose dans le sang (en buvant une boisson spéciale sucrée), et de mesurer régulièrement (toutes les demi-heures environ) le taux d’hormone de croissance dans le sang.

En cas d’acromégalie, l’hormone de croissance n’étant plus « contrôlée », son taux reste constant: on parle d’absence de freinage.

Examens complémentaires

Une fois l’acromégalie confirmée, d’autres examens seront effectués pour rechercher la cause.

La présence d’un adénome hypophysaire, ou tumeur productrice d’hormone de croissance TOUJOURS BÉNIGNES pourra être confirmée par un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM). La mise en évidence d’un adénome hypophysaire conduit ensuite le médecin à évaluer son retentissement sur l’hypophyse (bilan hormonal) et sur les nerfs optiques (examen ophtalmologique).